La jeune styliste, pétrie à l’école des meilleurs designers africains, est une des valeurs sûres de la mode camerounaise

 

« Illustration d’une créativité inattendue, d’un processus de création et d’une exécution parfaitement maîtrisés. » C’est peu de le dire, le jury du concours jeunes stylistes Vlisco organisé lors du festival Perles rares en 2015 était très ému par le travail de Yapumfout Pasma. La créatrice de mode âgée de 30 ans a su réinterpréter le pagne de par sa vision contemporaine audacieuse. Yapumfout Pasma ne cesse d’étonner. Issue de la première promotion du BTS design et mode de l’Institut des Beaux-Arts Cheikh Anta Diop de Yaoundé, la jeune dame a également conquis les jurés du Forum des métiers de la mode et du design. Il y a deux ans, elle était lauréate du concours talents de jeunes créateurs. Ses collections féminines et avant-gardistes sont une ode aux costumes traditionnels de Foumbot, sa ville d’origine dans l’Ouest-Cameroun. Depuis cette aventure exaltante avec le Forum de la mode, Yapumfout Pasma en est devenue une des stylistes phares.
Le 22 mai dernier, elle ouvrait le défilé de la 8e édition au haut-commissariat du Canada au Cameroun. Sa collection « Afropunk » lui a ouvert les cimes de l’apprentissage, grâce à un stage de deux mois au Nigeria, aux côtés du célèbre styliste Chip Odina. Deux mois intenses et riches en découvertes. « Nous avons ouvert deux nouvelles boutiques pendant mon stage. Et c’est ce que je veux faire ici au Cameroun. J’aime bien les ateliers, mais honnêtement je préfère les boutiques », dit celle à l’intérieur de qui trépigne cette rage d’entrepreneuse. Titulaire d’un baccalauréat A (littéraire), Pasma ne se voyait pas vraiment à dessiner des patrons. Elle a fait plusieurs formations pour être à ce niveau de couture. « Ma mère a été l’élément déclencheur de ma carrière. Elle m’a toujours dit que j’avais ce petit truc et que je devais persister dans la mode. Si j’échouais, pas de souci », se souvient-elle.
Dès sa première année à l’Institut Cheikh Anta Diop, et après la fièvre des premiers défilés, elle a tout de suite su que la mode dessinerait son futur. Les couleurs chaudes, les tendances d’ici et d’ailleurs, définissent son style particulier. « J’adore les perles et j’aime les accessoiriser avec mes vêtements », révèle-t-elle. Dans les prochaines années, Pasma rêve de faire les plus grandes fahion week du monde, mais sous le label d’une célèbre marque de couture basée à Yaoundé. Elle a participé à la fashion week de Lagos, et sera de la prochaine à Dakar, avant de s’envoler pour Addis-Abeba et Londres.